2014/01/31

Fevrier: des crèpes... et du cidre?


Bienvenue au domaine Pacory



Le mois de février est traditionnellement celui des crèpes. Normal, il y a la chandeleur, il fait froid, on est bien devant le feu à se goinfrer, et pourquoi pas de bonnes crèpes maison? Mais tout ça, le feu, les crêpes, ça donne bien soif! Et même aux enfants qui ne sont pas les derniers à aimer faire sauter la galette, puis tourner autour du plat, du sucre jusqu'aux oreilles s'il le faut. Alors, c'est quoi le cidre?

C'est un produit naturel, issu de la simple fermentation des pommes ou des poires, parfois des deux. C'est incroyable tout ce que l'on fait avec ces fruits! Le cidre est produit à beaucoup d'endroits, nous avons en magasin du normand et du basque. Comme pour les vins, les terroirs, les fruits et les hommes s'expriment au travers de la boisson finale.

Parlons Normandie. Nous sommes très attachés au domaine Pacory, qui s'appelle en réalité "la ferme des Grimaux". Vous pouvez consulter leur site internet. Il est plus facile à trouver que la maison! Située au fin fond de l'Orne, il faut traverser la Mayenne, Laval, puis Fougères, jusque là, facile. Puis on rentre dans les bois. On croise des arbres, des vaches, des veaux, mais de gens très peu. Même le GPS se perd sur ces petites routes qui pourtant étaient là longtemps avant lui. Puis on passe des villages, les noms sont étranges pour nous, plus ou moins gascons: Andouillé, Gorron, Erné, Desertines, les Rousseaux, et enfin Mantilly. On est loin, très loin, du verger tarn et garonnais! Les pommiers et poiriers sont dressés sans ordre, fiers et hauts sur pieds. Trois cents ans ne leur font pas peur. Les vaches, nombreuses, se plaisent à profiter de leur ombre, mais aussi d'une pomme si elle venait à choir! Pas si folles, les vaches, en fait... On est en Basse Normandie, pas très très loin du Mont Saint Michel, et il n'y a aucun bruit, un calme extraordinaire.

Catherine et Frederic, les maîtres du lieu, produisent plein de choses. Il ya essentiellement deux cidres: le poiré issu de jus de poires, et le cidre, issu de jus de pomme. Le premier est tout sur la fraîcheur, désaltérant des la mise en bouche. La belle effervescence accentue le fruité très prononcé, le côté poire, tiens. Il fait peu de degré, heureusement parceque très vite on a envie d'un autre verre! Il se boit en apéritif, au repas, au dessert (sur des crèpes, par exemple) et même en simple rafraichissement. Le cidre est issu de petites pommes souvent aigrelettes, et ça se sent, puis ça se goûte. Le nez est un mélange subtil de paille, de terre et de fruits. Oui, l'arôme est un peu terreux, et c'est charmant. La bulle est un peu moins fougueuse que pour le poiré. La bouche est ample, fruitée et végétale (toujours ce côté paille). Buvez du cidre à tout moment, c'est une bonne idée, comme le premier, il fait très peu de degrés. Mais surtout, essayez le sur un bon vieux camembert: un vrai, un normand, un lait cru, affiné et même un poil coulant. C'est un régal!

Chez les Pacory, on produit aussi deux bouteilles aussi méconnues qu'excellentes. Il s'agit des "mutés". Comme pour un pineau charentais ou un floc gascon, on bloque la fermentation (dès la récolte)avec un rajout important de calvados. Calvados de poires sur le jus de poire: ça devient le "grimm de poire". Calvados de pommes sur le jus de pommes: ça devient le "pommeau de Normandie". Ces deux produits sont une friandise incroyable. Servez les en apéritif ou en dessert(sur des crèpes?). Un conseil: tentez le grimm de poire sur une vraie tarte tatin maison, soudoyez la grand'mère s'il le faut!

Et bien sûr on finit au calva....

Vous étiez chez Catherine et Fréderic Pacory, la ferme des Grimaux, à Mantilly, dans l'Orne.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...